- Arrêt of June 13, 2012

13/06/2012 - P.12.0642.F

Case law

Summary

Sommaire 1
Le conflit de juridiction ensuite duquel il y a lieu à règlement de juges suppose une contradiction entre deux décisions quant à la compétence; la circonstance qu'une juridiction d'instruction s'empare d'une question qu'elle a déjà jugée, et rend une seconde décision qui contredit la première, n'engendre pas un conflit de compétence (1). (1) Voir Cass. 5 décembre 2007, RG P.07.1329.F, Pas. 2007, n° 618.

Arrêt - Integral text

N° P.12.0642.F

M. J-P

demandeur en règlement de juges,

ayant pour conseil Maître Christophe Bodson, avocat au barreau de Liège,

en cause

1. LE PROCUREUR DU ROI DE LIEGE,

2. M. J-P, mieux identifié ci-dessus,

partie civile,

contre

G.Ch.

prévenu.

I. LA PROCÉDURE DEVANT LA COUR

Dans une requête annexée au présent arrêt, en copie certifiée conforme, le demandeur sollicite de régler de juges ensuite d'un arrêt rendu le 7 juin 2010 par la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Liège, et d'une ordonnance rendue le 31 janvier 2006 par la chambre du conseil du tribunal de première instance de Liège.

L'avocat général Raymond Loop a déposé des conclusions au greffe de la Cour le 30 mai 2012.

A l'audience du 13 juin 2012, le président de section chevalier Jean de Codt a fait rapport et l'avocat général précité a conclu.

II. LES FAITS

Par ordonnance du 31 janvier 2006, la chambre du conseil du tribunal de première instance de Liège a renvoyé Ch. G. devant le tribunal correctionnel de ce siège du chef de coups au demandeur dans l'exercice de ses fonctions d'agent dépositaire de l'autorité ou de la force publique et du chef de rébellion au préjudice de trois inspecteurs de police, faits commis à Herstal le 27 juin 2004.

Ces préventions n'ont pas été jugées par le tribunal correctionnel, celui-ci ayant, le 26 avril 2006, disjoint les poursuites exercées sur la base desdits faits et ajourné l'examen des actions publique et civile s'y rapportant.

Par ordonnance du 17 décembre 2008, la chambre du conseil de Liège a dit n'y avoir lieu à poursuivre Ch. G. du chef de coups au demandeur et rébellion au préjudice de trois policiers à Herstal le 27 juin 2004.

La même décision ordonne le non-lieu à l'égard des trois inspecteurs de police poursuivis par Ch. G..

Sur l'appel formé par ce dernier en qualité de partie civile, la chambre des mises en accusation, par un arrêt du 7 juin 2010, a confirmé le non-lieu ordonné au profit des parties intimées par cet appel.

Le demandeur, qui s'était constitué partie civile contre Ch. G., expose que le procureur du Roi s'oppose à une nouvelle fixation de l'affaire devant le tribunal, au motif que la juridiction d'instruction s'est contredite en décidant successivement un renvoi puis un non-lieu pour les mêmes faits.

Il en déduit qu'il y a matière à règlement de juges et soutient que la deuxième décision doit être annulée.

III. LA DÉCISION DE LA COUR

La contradiction dénoncée par le demandeur ne concerne pas l'arrêt du 7 juin 2010 de la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Liège. En effet, celle-ci n'était pas saisie d'un appel formé contre le non-lieu ordonné au bénéfice de Ch. G., décision qu'elle n'a donc pas confirmée puisqu'elle ne lui était pas déférée.

La contradiction dénoncée par le demandeur concerne les ordonnances rendues par la chambre du conseil qui, les 31 janvier 2006 et 17 décembre 2008, a décidé successivement le renvoi et le non-lieu en cause du même inculpé du chef des mêmes faits.

Le conflit de juridiction ensuite duquel il y a lieu à règlement de juges suppose une contradiction entre deux décisions quant à la compétence.

La circonstance qu'une juridiction d'instruction s'empare d'une question qu'elle a déjà jugée, et rend une seconde décision qui contredit la première, n'engendre pas un conflit de compétence.

Fondée sur une entrave au déroulement de la procédure qui ne résulte pas d'une attribution de compétence ou d'une déclaration d'incompétence mais d'une violation de l'article 19 du Code judiciaire, la demande n'a pas pour objet de régler de juges et est dès lors irrecevable.

PAR CES MOTIFS,

LA COUR

Rejette la demande en règlement de juges.

Ainsi jugé par la Cour de cassation, deuxième chambre, à Bruxelles, où siégeaient le chevalier Jean de Codt, président de section, président, Frédéric Close, président de section, Benoît Dejemeppe, Gustave Steffens et Françoise Roggen, conseillers, et prononcé en audience publique du treize juin deux mille douze par le chevalier Jean de Codt, président de section, en présence de Raymond Loop, avocat général, avec l'assistance de Tatiana Fenaux, greffier.

Free keywords

  • Conflit de juridiction

  • Conditions

  • Juridiction d'instruction

  • Seconde décision sur une question déjà jugée

  • Contradiction entre les deux décisions